Espace ANDAVI

Nous contacter

l’Association

Les raisons d’être de l’association

Le cadre déontologique de l’ANDAVI

Le code de procédure pénale prévoit l’intervention d’Associations d’Aide aux Victimes (A.A.V.) conventionnées par le Ministère de la Justice tout au long de la procédure pénale. Ces associations sont réunies au sein d’une fédération nationale – l’INAVEM (Institut National d’Aide aux Victimes et de Médiation) - et assurent une mission d’accompagnement juridique, psychologique et social des victimes d’infractions pénales (atteintes aux personnes et atteintes aux biens).

L’INAVEM assure également un rôle d’information, de conseil et de soutien aux associations locales, elle constitue le mouvement principal de l’aide aux victimes en France par un déploiement de plus 140 associations réparties sur le territoire.

Dans la Nièvre, c’est l’ANDAVI (Association Nivernaise D’Aide aux Victimes d’Infractions) qui a été créée suite à la loi du 15 juin 2000. Elle est chargée de cette mission de service public, dans le respect des principes éthiques déclinés obligatoirement par l’ensemble du mouvement associatif, qui sont articulés autour de plusieurs piliers, liberté de choix des victimes, de gratuité et de confidentialité des échanges.

Adhérente à l’INAVEM, l’ANDAVI est à ce titre dotée d’un cadre éthique et déontologique qui reprend les valeurs de l’aide aux victimes et encadre les pratiques d’aide et d’assistance.

Les principales valeurs de l’aide aux victimes sont :

  • une écoute attentive de la victime
  • des entretiens confidentiels
  • la gratuité des services proposés
  • le consentement de la victime pour toute démarche proposée
  • l’absence de référence idéologique ou confessionnelle.

L’ANDAVI intervient en liaison avec toutes les instances accueillant des victimes : justice, police, gendarmerie, avocats, services sociaux, services hospitaliers, établissements publics, associations. Elle s’efforce de répondre aux attentes et aux besoins des victimes à travers le cadre minimale d’intervention des associations fixé nationalement et impératif dans l’ensemble de ses composantes à savoir :

  • un accueil possible sans rendez-vous ;
  • une information des victimes sur leurs droits et sur les procédures (du dépôt de plainte à l’indemnisation du préjudice) ;
  • un accompagnement dans leurs démarches, tout au long de la procédure (y compris lors de l’audience de jugement) ;
  • un soutien psychologique auprès de l’une des psychologues vacataires de l’association ;
    - un accompagnement social et une orientation vers les services adéquats.

Les coordonnées de l’association figurent sur les récépissés de dépôt de plainte remis aux victimes par les officiers et agents de police judiciaire de la police nationale et des brigades de gendarmerie de la Nièvre.

Par ailleurs, lorsque la victime en exprime le souhait, elle est directement contactée par l’ANDAVI, après transmission de ses coordonnées par les services enquêteurs.

L’organisation de l’association

L’équipe de l’ANDAVI est composée de membres salariés et bénévoles pour assurer au mieux sa mission de service public.

L'équipe de l'ANDAVI

Le personnel salarié

  • Les juristes
    Une juriste coordinatrice et trois juristes
  • Le secrétariat et l’accueil :
    Deux secrétaires et accueillantes
  • Les psychologues conventionnés 
    Lorsqu’une victime semble avoir subi un préjudice psychologique ou moral et exprime le souhait d’être aidée, un bon de consultation psychologique gratuite lui est délivré. Pour les victimes les plus vulnérables, le rendez-vous est pris avec l’aide du/de la juriste. La délivrance d’autres bons est proposée à la victime si le praticien le juge nécessaire.

L’association fait appel à 7 psychologues vacataires pour accompagner les victimes le souhaitant (évaluation psychologique, soutien, orientation si une prise en charge thérapeutique s’avère nécessaire).
Trois psychologues à Nevers, deux sur le territoire de Château-Chinon, une sur le territoire de Cosne-sur-Loire et une sur le territoire de Clamecy.

L’ANDAVI fourni un effort important en vue de répondre de manière rapide et appropriée à la détresse des victimes les plus vulnérables sur les plans psychique et matériel.

Les travailleurs sociaux bénévoles

Dans le cadre minimal d’intervention exigé par l’INAVEM, l’association se doit de posséder au moins un travailleur social susceptible d’orienter et d’accompagner les victimes d’infractions.

Pour l’ANDAVI, deux personnes assurent cette mission à savoir deux bénévoles en retraite titulaires d’un diplôme de conseiller technique de service social.

Ils sont régulièrement sollicités par les juristes sur des problématiques d’accompagnement spécifiques en matière de droits sociaux. Par ailleurs, en urgence, l’un des travailleurs sociaux de l’association est susceptible d’être mobilisé pour informer les victimes et ouvrir les premiers droits.

Les référents bénévoles

  • 1 Référent juriste
  • 2 Référents sociaux
  • 2 Référents enseignants

Les intervenants bénévoles

  • 2 Juristes
  • 1 Chargé de mission

Toutes les personnes intervenant auprès des victimes sont tenues au secret professionnel, qu’ils soient salariés ou bénévoles.

La vie associative

Le Conseil d’administration est composé de 10 membres :

  • Jérôme MOREAU – Président
  • Paulette FONTANILLES – Vice-présidente
  • Patrick BOISSIER – Trésorier
  • Patrick COLAS – Trésorier adjoint
  • Jean-Luc EREL – Secrétaire général
  • Nathalie ROYER – Référente Education Nationale
  • Françoise RADOUX – Présidente de l’AFED
  • Le Bâtonnier de l’Ordre des avocats au Barreau de Nevers
  • Céline INCONNU - Membre
  • Geneviève CETAIRE – Membre

La dernière Assemblée Générale de l’ANDAVI a eu lieu le 28 avril 2016 au Conseil Départemental de la Nièvre.

Actions phares

Les chiffres clés

Ressources sur l’aide aux victimes

Association Nivernaise D'Aide aux Victimes d'Infractions